Mama Kenia s’est fait un nom dans son pays d’adoption

À 23 ans, elle s’installe aux Pays-Bas et apprend le néerlandais en seulement 6 mois. Elle décroche un diplôme universitaire en sociologie, elle devient traiteur en spécialités kényanes et crée en même temps un bureau de formation, de coaching, d’accompagnement et d’empowerment. Elle, c’est Elizabeth Njeru, fondatrice de la marque Mama Kenia.  

Mama Kenia - Samosa

Elizabeth aide les autres à organiser leur vie et ce n’est pas son unique qualité. Elle est aussi la preuve vivante que tout le monde peut réussir en choisissant une nouvelle voie. Et c’est plus facile qu’on ne le pense, car selon Elisabeth nous avons tous plusieurs talents. « Il s’agit de mettre en pratique ses compétences dans un nouveau contexte. Dans mon cas, à 9 ans j’avais déjà les compétences pour diriger une entreprise en restauration. » 

Du poulet au menu 

« Au Kenya, j’ai grandi dans une ferme avec de nombreux animaux et divers arbres fruitiers, raconte Elisabeth. Toute jeune, je cuisinais déjà pour 11 personnes. Aujourd’hui on appellerait cela « élaborer un menu » mais pour moi c’était tout simplement : imaginer des plats, chercher les ingrédients, enfermer le poulet le soir pour le manger le lendemain, finir la cuisine à temps et dresser la table. C’est seulement en arrivant en Hollande que j’ai réalisé que cela pouvait devenir un business. » Et ce business, c’est devenu Mama Kenia, un traiteur spécialisé dans les samosas, des beignets salés et farcis à la forme triangulaire. 

Oser poser des questions 

Elizabeth a vite compris que les samosas et autres amuse-bouche kényans étaient appréciés des Néerlandais à l’heure de l’apéritif. Elle réalise aussi que son nom Mama Kenia était « super unique » et qu’il y avait de grandes chances qu’il soit copié par d’éventuels concurrents. Sur internet, elle participe alors à un webinaire animé par la chambre de commerce néerlandaise et le BOIP, où elle peut poser ses questions sur la protection de son idée.  

Mama Kenia

Procédure rapide 

« Jan Hart du BOIP m’a tout expliqué et a répondu à toutes mes questions. J’ai ensuite enregistré ma marque. C’était rapide et ça m’a donné immédiatement un sentiment de protection. Encore aujourd’hui. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve et je veux que mes affaires soient en ordre. » Depuis, Elisabeth a développé ses activités de coaching et de formation, toujours sous le nom de Mama Kenia. Un choix délibéré. « Je devrais peut-être donner un autre nom à ces activités. Je suis en train d’y réfléchir. » 

Déposez votre marque en 4 étapes
Enregistrer votre marque permet de protéger sa valeur. Attention, l’enregistrement d’une marque est une procédure aux critères précis et demande un investissement financier. Vérifiez en 4 étapes les possibilités qui s’offrent à vous. 
Découvrir le plan en 4 étapes

Également intéressant

Loading the form...

Suivez-nous sur LinkedIn

Conseils et inspiration pour les entrepreneurs.